Interview Maria Fraser-Baggström



Bonjour Maria! Pour commencer, pouvez- vous vous présenter ainsi que vos chevaux et pouvez- vous nous dire comment vous en êtes venue au dressage?

Je suis cavalière de dressage et coach et je vis avec mon mari, nos trois garçons, 4 chevaux et un grand  caniche dans le magnifique archipel du Sud de la Finlande. J’ai commencé ma carrière comme cavalière de CSO et je concourais au niveau national sur des 120 cm avec mon premier cheval Nyaruto, ou Nisse comme nous l’appelions. C’était un hongre hanovrien palomino et il avait 5 ans lorsque nous l’avons acheté et nous l’avons gardé 16 ans jusqu’à ce qui meure à l’âge de 21 ans.

Quand il a eu 14 ans, notre vétérinaire nous a indiqué que ses antérieurs n’étaient plus en état de sauter et nous avons donc commencé le dressage avec lui. C’était un cheval amusant qui apprenait des “trucs” très facilement. Se cabrer, le pas espagnol ou ruer sur commande faisaient partie de son répertoire.  Il trouvait aussi les changements de pied au temps si facile que j’ai longtemps cru que c’était le mouvement le plus facile à enseigner mais j’ai été rappelée à l’ordre depuis. C’est vraiment un cheval qui m’a rendue amoureuse du dressage et plus je travaille de chevaux et plus je suis fascinée par l’art du dressage.  

 

Mon troupeau actuel est composé de Gosse, Mingo, Hero et Eça.

 

Gosse est un frison de 20 ans. Il est arrivé à 4 ans en 2006 et je l’ai travaillé et sorti en compétition jusqu’au niveau  « medium advanced ». A 16 ans, on lui a diagnostiqué le syndrome de Cushing, j’ai donc arrêté la compétition et depuis il est un parfait maître d’école pour mes élèves.



“Mingo” est un cheval de sport de 12 ans que j’ai acheté chez l’éleveur à un an en 2011. C’est le cheval avec lequel j’ai beaucoup gagné  tout au long de notre progression jusqu’au plus haut niveau. Il remplace le talent qui lui manque par son enthousiasme au travail.   

 

“Hero” est un cheval de sport Finnois de 10 ans. Il est arrivé en février 2016 comme une deuxième chance. Il avait seulement 4 ans et une blessure à un ligament postérieur l’avait condamné. J’ai pris le risque de le prendre et d’essayer de le réhabiliter. J’ai bien fait car il va maintenant très bien.



Eça est un lusitanien de 13 ans qui a rejoint le troupeau en novembre 2016. Comme les chevaux de sa race, il est très intelligent et aime travailler. En plus du dressage, nous nous amusons à le monter sans harnachement, en liberté et dans des tours de cirque. Il est passé de la vie en box, avec des fers et seul au paddock car il était trop joueur, à la vie pieds nus avec mon troupeau. Il adore faire partie de l’équipe des garçons et il est toujours prêt à jouer.



Qu’est ce qui est le plus excitant dans le dressage ?

Rien ne peut surpasser l’impression que le cheval lit vos pensées et produit de superbes mouvements avec des aides légères.   



Quels sont les grands moments de votre carrière en dressage ?

2021 a été une bonne saison pour tous les chevaux. Mingo a participé à sa première Kür grand prix avec moi, c’est tellement amusant de monter avec de la musique.  Eça a fait son premier “niveau intermédiaire” et nous avons gagné le championnat finnois des lusitaniens pour la deuxième année consécutive.  Hero a participé à son premier St George. Tellement heureuse de ce que nous avons fait !



Vos chevaux ont-ils toujours été pieds nus ?

J’ai commencé à avoir mes chevaux pieds nus et à les faire vivre dans un environnement libre il y a à peu près 20 ans. Gosse et Eça étaient ferrés avant d’arriver ici, Mingo et Hero n’ont jamais été ferrés



D’après vous, quels sont les avantages à avoir des chevaux pieds nus?

Je pense que c’est plus sain pour le corps entier mais surtout les articulations et les ligaments. Et bien sûr, les sabots fonctionnent mieux. Un autre avantage important est qu’ils peuvent jouer ensemble sans se faire mal. Les jeux peuvent être assez violents parfois.

 

Est-ce différent de faire du dressage pieds nus?

Je trouve que mes chevaux ont le pied très sûr et ils sont très souples dans leurs mouvements.  Je n’ai plus besoin des mêmes protections de membres que quand les chevaux sont ferrés.  


Vous êtes aussi coach, comment le pieds-nus s’accorde-t-il à cette pratique?

Mes clients ont à la fois des chevaux ferrés et non ferrés. Si le propriétaire me demande, je suis toujours très heureuse de partager mon expérience sur la gestion et l’entraînement des chevaux pieds-nus mais je respecte le fait que ce choix n’est pas celui de tout le monde.



Pourquoi avez-vous décidé d’utiliser les hipposandales Flex sur vos chevaux?

J’aime leur conception , elles sont très légères et très près du sabot. En plus, elles sont faciles à mettre et à enlever.  Le caoutchouc souple permet une très bonne absorption des chocs et le matériau est facile à nettoyer et n’absorbe pas l’eau.



Depuis combien de temps utilisez-vous les hipposandales Flex sur vos chevaux et qu’en pensez-vous ?

J’utilise les hipposandales Flex depuis un an et demi. J’aime le fait que même quand je les utilise tous les jours, elles ne provoquent pas d’échauffements. Elles sont très légères et les chevaux sont très à l’aise avec ces hipposandales.  Elles sont très bien pour monter sur des routes en gravier et en hiver elles ont été parfaites pour donner de l’adhérence avec du verglas.  



 

Utilisez-vous les hipposandales toutes les fois que vous montez à cheval ou seulement dans certains cas ?

Gosse, mon frison porte ses hipposandales presque chaque fois. Avec son Cushing, ses pieds sont devenus plus sensibles.  Avec mes autres chevaux, je les utilise en hiver quand le terrain est dur ou glissant et en été quand je vais sur les routes. Donc en résumé, quand j’ai besoin d’une protection supplémentaire ou d’une meilleure  adhérence.



En compétition, vous n’avez pas le droit d’utiliser des hipposandales, c’est bien vrai ? Est-ce que le fait d’être pieds nus affecte la compétition ?

En compétition de dressage les hipposandales ne sont pas autorisées. Mais les terrains de concours sont toujours d’excellente qualité, ce n’est donc pas un problème.

La seule fois où je me suis sentie désavantagée, c’est l’été dernier lors d’un concours sur herbe. Hero et moi étions un peu tendus et inquiets et cela s’est ressenti dans les mouvements allongés. On a eu de la chance, il faisait beau et ce n’était pas glissant mais je crois qu’ à l’avenir je vais éviter les concours sur herbe.   



Quel serait votre conseil à un cavalier qui aurait envie d’enlever les fers de son cheval de dressage et être pieds nus ?

Etudiez bien avant et préparez vous à laisser un temps pour l’adaptation. Trouvez un bon podologue et apprenez à faire un parage de base vous-même. Choisissez des hipposandales et n’hésitez pas à les utiliser pour aider votre cheval dans cette période de transition. Et surtout : Pensez à apprécier ce chemin et ce changement!

Diffusion autorisée par flexhorse

Traduction par Isabelle Bathias

Article par Rikka Kemppainen https://www.flexhoofboots.com/post/dressage-riding-barefoot